SénégalSénégal

 

 

 


 

Sénégal

 

Chiffres clés

ZEE : 180 895 km2

captures : 427 000 t

flotte artisanale : 12 624

motorisation : 75 %

emplois : 220 000

consommation : 35,4 kg/hab/an

exportations :  157,30 M usd

part dans l'export : 21,53 %

part dans le PIB : 2 %

 

Les pêches

L’exploitation des ressources halieutiques dans les eaux sénégalaises est le fait de pêcheries artisanales (maritime et continentale), semi-industrielle et industrielle. La principale caractéristique du système d’exploitation est la prédominance, en termes de débarquement, du sous-secteur artisanal qui est à l’origine des deux tiers des mises à terre.

La pêche artisanale

Elle est pratiquée par plusieurs communautés de pêcheurs utilisant plus d’une vingtaine de techniques de pêche suivant des stratégies qui varient saisonnièrement en fonction de facteurs biologiques et socio- économiques. Le parc piroguier sénégalais est de loin le plus important de la sous-région. Le dernier recensement national conduite en 2005 fait cas de 13 903 unités de pêche, motorisées à plus de 90%. La pêche artisanale reste l’exclusivité des sénégalais.

En pêche artisanale, l’effort de pêche correspond au nombre de sorties. L’effort de pêche de la flottille artisanale est relativement stable au cours de la décennie 1997-2007. Il oscille autour de 1 000 000 de sorties par an. Le niveau le plus élevé est noté en 2000 avec 1 118 943 sorties. Cet effort de pêche est largement prédominé par les sorties des pirogues à moteurs en ligne et des filets dormants (entre 73% et 81% de l’effort total)

La pêche industrielle

L’armement industriel sénégalais comprend deux composantes : la pêche chalutière et la pêcherie thonière. En 2004, on dénombrait 124 chalutiers et 5 thoniers.

Les débarquements de la flottille chalutière nationale sont beaucoup plus importants que ceux des autres composantes. Avec une moyenne de 41 248 tonnes par an sur la décennie 1997-2007, les chalutiers nationaux sont responsables de 80,7% de la production industrielle. Cependant, malgré la diversité des espèces capturées par cette flottille nationale ses débarquements sont globalement orientés à la baisse sur la période. La flottille sardinière qui capture essentiellement des sardinelles ainsi que les chalutiers étrangers côtiers et profonds enregistrent des débarquements moyens annuels d’environ 3000 tonnes. La production de ces trois pêcheries industrielles a été marquée par une très forte chute au cours de ces dernières années. En ce qui concerne la flottille étrangère, la fin des accords de pêche au courant de l’année 2006 s’est traduite par des débarquements devenus pratiquement négligeables.

 La pêche semi-industrielle porte sur une seule composante qu’est la pêche sardinière. Oscillant entre 3 et 5 unités, la flottille est composée de petits senneurs de 15 à 28 m, de faible autonomie et faisant des sorties journalières.

         

Annonces

 

AWA - International Conference - Conférence Internationale. 9-11 December/Décembre 2014

 

Ecosystem Approach to the Management of Fisheries and the Marine Environment in West African Waters - Approche écosystémique de la gestion des pêches et de l’environnement marin dans les eaux ouest africaines (AWA)

 

2nd Announcement - 2e Annonce

 

Terms of References and Agenda - Termes de référence et agenda

 

 Registration Form - Formulaire d'inscription

 

 

 

 

 

 

  

 

 

  

Multimédia